Translate

mardi 12 janvier 2016

La lumière surtout

"Il était assis là, en bras de chemise, une chemise d'un beau violet, roulant une cigarette, expliquant ce qui l'avait séduit dans ce pays : "Cette lumière qui change tout le temps, qui se remet en question tous les quarts d'heure, ce vent qui compte autant que les rochers. Mais la lumière surtout : avant d'arriver, à des kilomètres on la reconnaît !"

Il disait encore : "Cela n'existe pas, les vieux peintres : chaque nouvelle peinture est une naissance, une renaissance, on a l'âge de sa dernière peinture !" Ces grandes toiles, ces éclairs bleus et rouges, entrechoqués, vibrants, ces déferlements, cette berlue : "Ah non, ce n'est pas abstrait !" s'écriait-il. Il est vrai qu'à vélo, dans l'effort contre le vent, ou tout en haut d'une côte, parfois, on voit des Bazaine."

Jean-Pierre Abraham, Ici présent

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Le silence est une option viable