Translate

mercredi 30 septembre 2015

Voilier nommé «Désir»

Quand il ne peut plus lutter contre le vent et la mer pour poursuivre sa route, il y a deux allures que peut encore prendre un voilier : la cape (le foc bordé à contre et la barre dessous) le soumet à la dérive du vent et de la mer, et la fuite devant la tempête en épaulant la lame sur l'arrière, avec un minimum de toile. La fuite reste souvent, loin des côtes, la seule façon de sauver le bateau et son équipage. Elle permet aussi de découvrir des rivages inconnus qui surgiront à l'horizon des calmes retrouvés. Rivages inconnus qu'ignoreront toujours ceux qui ont la chance apparente de pouvoir suivre la route des cargos et des tankers, la route sans imprévu imposée par les compagnies de transport maritime. Vous connaissez sans doute un voilier nommé «Désir »

Henri Laborit, Extrait de l'Éloge de la fuite

2 commentaires:

  1. il y aura toujours 2 routes
    une très encombrées et l'autre

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Et des milliers d'autres au milieu. ;) Bonne journée Patrick.

      Effacer

Le silence est une option viable