Translate

vendredi 22 avril 2016

Ruta Interior


6 commentaires:

  1. Ça me rappelle quelques ruelles en Afrique

    RépondreEffacer
  2. Les gendarmes couchés, les clôtures pliées sur le poids de la neige poussée par la charrue, les feuilles mortes d'un hiver qui n'en finit plus de s'en aller… que voilà une ruelle typique de Montréal. Et dans deux semaines tout sera complètement différent.

    Excellente photo.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, quand le feuillage prendra enfin le dessus sur le béton. Merci.

      Effacer
  3. Bois et fer. Mur et filet. Haut coupé; bas, pas mieux. C'est d'où tu viens? La gauche alors sera la droite. Où tu vas? Vers la voie étroite qui mène à l'Inconnu? Ou la fuis-tu? Et si tu étais venue d'en haut, ce sera atterrissage de troisième type. Est-ce ville ou prison? Passage permis ou interdit? «Le poète ne sait jamais où il est ni où il va...» (adapté de Blaise Cendrars)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je suis bien incapable d'y lire du Blaise mais nul autre que toi. Tu me pardonneras. ;)

      Effacer

Le silence est une option viable