Translate

samedi 5 décembre 2015

Le Feu

Ils regardaient la bataille des étincelles,
Qui ne sont qu'abandon du brasier,
Mais voici que l'arbre entier qui flambait
Se leva, trébuchant sur les pierres noires,
Et marcha vers eux.
Ils allaient voir comme c'est au centre,
Les bonshommes du pourtour, les gens de cendre !
Un seul fît face et tint ses yeux ouverts.
Il raconte qu'un homme s'avançait vers lui,
D'aspect robuste, plus très jeune,
Et passant près de lui, fit seulement un signe
Comme : « Bonsoir », mais distrait
Ou méfiant, et prit sans hésiter le sentier.
On a vu pourtant de la vallée le feu gravir longtemps la montagne.
A quoi servent les yeux ? Qu'est-ce qui se passe
Sous la voûte des os plus chauds que cette pierre ?
Si l'arbre en feu était un homme,
Tel que vous et moi,
Dans quel monde sommes-nous, dans quelles montagnes ?
Un signe, au moins, avant le rendez-vous de cendre !

Henri Thomas, Nul désordre poèmes 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Le silence est une option viable