Translate

lundi 23 novembre 2015

Le bonheur des mots

Je n’attendais plus rien quand tout est revenu, la fraîcheur des réponses, les anges du cortège, les ombres du passé, les ponts de l’avenir, surtout la joie de voir se tendre la distance. J’aurais toujours voulu aller plus loin, plus haut et plus profond et me défaire du filet qui m’emprisonnait dans ses mailles. Mais quoi, au bout de tous mes mouvements, le temps me ramenait toujours devant la même porte. Sous les feuilles de la forêt, sous les gouttières de la ville, dans les mirages du désert ou dans la campagne immobile, toujours cette porte fermée – ce portrait d’homme au masque moulé sur la mort, l’impasse de toute entreprise. C’est alors que s’est élevé le chant magique dans les méandres des allées.

Les hommes parlent. Les hommes se sont mis à parler et le bonheur s’épanouit à l’aisselle de chaque feuille, au creux de chaque main pleine de dons et d’espérance folle. Si ces hommes parlent d’amour, sur la face du ciel on doit apercevoir des mouvements de traits qui ressemblent à un sourire.

Les chaises sont tombées, tout est clair, tout est blanc — les nuits lourdes sont soulevées de souffles embaumés, balayées par d’immenses vagues de lumières.

L’avenir est plus près, plus souple, plus tentant.

Et sur le boulevard qui le lie au présent, un long, un lourd collier de cœurs ardents comme ces fruits de peur qui balisent la nuit à la cime des lampadaires.

2 commentaires:

  1. Ah !le bonheur des mots:
    "Ces inépuisables accompagnateurs de mes jours
    Qu'est ce qu'ils m'ont torturé
    Nuit et jour, dans mon bain, dans le bois
    Dans la mer, dans les montagnes
    Dans mes cahiers, sur mon lit
    Je les rature, je les malmène
    Ils se bousculent dans ma tirelire
    Ils jasent et ne m'écoutent souvent pas
    Ils sont impatients et délicats
    Ils se torsadent et se contorsionnent
    Je les reprends encore et je les rature encore
    Ils ne sont parfaits et heureux
    Qu'immanquablement raturés
    Je les tisse, je les enjolive encore
    Souvent je baisse ma plume de clavecin
    Que de malentendus et de souffrance
    Quand après, dans tout ce fouillis
    M'apparaît le bout de mon chemin de liberté"

    Merci Mylène pour ce beau petit texte de Pieere Reverdy, j'aime bien cette phrase :"Les hommes se sont mis à parler et le bonheur s’épanouit à l’aisselle de chaque feuille, au creux de chaque main pleine de dons et d’espérance folle". Quel bonheur, que les mots.
    Je t'embrasse.

    RépondreEffacer
  2. Merci à toi pour ce magnifique commentaire.

    RépondreEffacer

Le silence est une option viable