Translate

dimanche 22 novembre 2015

Rides du temps

Plus je crie plus le vent est fort
La porte se ferme
Emporte la fourrure et les plumes
Et le papier qui vole
Je cours sur la route après les feuilles
Qui s'envolent

Le toit se soulève
Il fait chaud
Le soleil est un aimant
Qui nous soutient

À des kilomètres
J'aime le bruit que tu fais
Avec tes pieds
On m'a dit que tu cours
Mais tu n'arriveras jamais

Le vieil amateur d'art a un sourire idiot
Faussaire et cambrioleur
Animal nouveau
Tout lui fait peur
Il se dessèche dans u musée
Et participe aux expositions
Je l'ai mis dans un volume au dernier rayon

La pluie ne tombe plus
Ferme ton parapluie
Que je voie tes jambes
S'épanouir au soleil

Pierre Reverdy, Extrait de La Lucarne ovale

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Le silence est une option viable