Translate

lundi 9 juin 2014

La peinture ne résout pas les conditions de précarité

«Soumis à la vulnérabilité du geste qui lui révèle son audace, le peintre ne peut se sauver qu’en sauvant son geste, c’est-à-dire en lui conférant un statut dans le lieu de la toile, mais aussi hors de cette toile, là où, précisément, le surprend le regard du spectateur.

Un prodigieux dehors hante dès lors l’œuvre d’art.

Peindre, écrire, prennent appui dans ce vide.

Reflux incessants, échappées soudaines, trouées d’espaces fleurés. Rien ne soulage le peintre de l’inquiétude qui l’atteint en tant qu’individu, puisque la peinture ne résout pas les conditions de précarité de son histoire personnelle. Le tableau, comme le poème, est sans cesse un problème nouveau qui vient de surgir.»


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Le silence est une option viable